On a la mer

Il avait une fleur entre les dents, entre les dents,
Il avait dans le coeur l’amour du large et des grands vents,
Et quand il embarquait par trop gros temps, il nous disait :
« nous, on n’a pas de cimetière, on a la mer »

Quand il ne revint pas un beau matin, un beau matin,
Les femmes ne pleuraient pas, elles joignaient seulement leurs mains,
Les hommes ne disaient rien mais ils pensaient : « un jour, qui sait…
Nous, on n’a pas de cimetière, on a la mer »

Et quand la vague un jour nous ramena une fleur,
On l’a compris, qu’il nous laissait encore son coeur.

Il avait une fleur entre les dents, entre les dents,
Il avait dans le coeur l’amour du large et des grands vents,
Quand nous parlons de lui, tout en riant, on se redit :
« nous, on n’a pas de cimetière, on a la mer ».