Chant de promotion an XCVIII

R/ Hardis matafs montons à bord,
Siffle le vent dans les haubans,
Prenons le large au loin du port,
Claquent les voiles dans l’ouragan !

  1. Ils ont quitté un matin leur tendre foyer,
    Délaissant proches et banalités,
    Ils sont venus chercher idéaux et valeurs,
    Une grande ardeur a retourné leurs cœurs
    Des années à rêver sur les récits
    Des marins embarqués pour la Patrie
    Ont forgé la vocation si fière
    L’équipage est paré, ils ont choisi la mer.
  2. Appareillage un beau soir,
    Première traversée,
    Les lueurs éphémères semblent fanées,
    Devant le firmament des plus pures étoiles
    Qui guident leur marche
    Sous un ciel sans voile.
    Bientôt les lames ont cru les faire pâlir,
    Mais la Flotte a maintenu sans subir,
    Les marins s’élancèrent en même temps,
    Fiers et braves à l’assaut, des vastes océans.
  3. Discipline, rigueur des hommes de sagesse,
    Honneur vertu des hommes de sagesse,
    Valeur pour les conduire aux droites décisions
    Patrie dont ils ont la sainte dévotion
    Fort d’un si noble cœur, prêts à servir,
    Pleins de courage ils ne sauront faiblir,
    Face aux batailles les plus terribles
    Mais garderont, l’âme grande et sensible.